Un nouveau prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro a subit quelques modifications en 2016 et les primo-accédants bénéficient d’une base élargie de ce prêt sans intérêt subventionné par l’Etat.

Qui peut en bénéficier ?

Le PTZ (prêt à taux zéro) est un dispositif qui concerne les acquéreurs d’une résidence principale plus couramment appelés primo-accédants. Les conditions sont les suivantes : ils ne doivent pas avoir été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux années précédant l’émission de l’offre de prêt (avec des dérogations pour les personnes invalides, handicapées ou victimes de catastrophe naturelle).

Il faut de plus qu’ils occupent le logement à titre de résidence principale pour une durée minimum de six ans à compter du versement du prêt. Toutefois, un PTZ peut être accordé pour financer l’acquisition d’un logement destiné à devenir leur résidence principale au moment de la retraite, sous réserve que cela intervienne au plus tard, dans les six ans suivant l’achat ou la fin des travaux.

Des conditions de revenus existent

Le prêt à taux zéro est plafonné mais surtout il est destiné à des ménages dont les revenus ne dépassent pas un plafond de revenus fonction du nombre de personnes devant occuper le logement et de sa localisation.

Les nouveaux plafonds ont été relevés en 2016 suite à la modification des zones de la loi Pinel (zone A, B1, B2), les revenus d’un couple avec deux enfants doivent être inférieurs à 74 000 euros (pour 72 000 avant) en zone A (la plus chère du pays). En zone B1 (couvrant les communes limitrophes des grandes villes), le plafond, lui, est passé de 52 000 à 60 000 euros.

Les nouveaux avantages

Le prêt à taux zéro permet de financer l’achat d’un logement neuf ou ancien. Depuis début 2016, un achat dans l’ancien est désormais possible dans toutes les zones et pas seulement dans les communes rurales. Il est toujours nécessaire cependant d’y effectuer des travaux devant représenter au moins à 25 % du prix selon l’ANIL.

Le prêt à taux zéro permet de financer jusqu’à 40 % du coût total de l’opération (contre environ 20 % auparavant), dans la limite d’un plafond fixé en fonction de la zone géographique d’implantation du logement et du nombre de personnes destinées à l’occuper. A titre d’exemple, en 2016, un couple avec deux enfants peut obtenir au maximum un prêt à taux zéro de 120 000 euros en zone A et de 108 000 euros en zone B1. Le prêt peut se rembourser sur différentes périodes et la période de différé est gratuite. Une bonne raison de se renseigner sur ce dispositif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *