Crowdfunding immobilier, investir ou pas ?

Le financement participatif pour l’immobilier connaît un essor sans précédent en France. Il est vrai que les offres sur les sites spécialisés peuvent paraître alléchantes… jusqu’à 12% de rendements ! Un chiffre qui ne peut que susciter les appétits mais qui n’est pas sans risque. Revue de détails de l’investissement immobilier en ligne.

Le crowdfunding immobilier, c’est quoi ?

Ils s’appellent Wiseed, Anaxago, Homunity ou Lymo et vous proposent de placer quelques centaines (ou milliers) d’euros dans des programmes immobiliers… et ceci en quelques clics. Il s’agit pour ces intermédiaires en financement participatif de mettre en relation des investisseurs grand public et des promoteurs. Ces derniers voient dans le crowdfunding immobilier un bon moyen pour faciliter leur levée de fonds, notamment auprès des banques.  Quant aux petits financeurs en ligne, c’est potentiellement une rentrée d’argent à court ou moyen terme.

Pour se faire une idée plus précise, regardons les chiffres. Les différentes plateformes ont lancé en quelques années pas moins de 240 programmes et plus de 50 millions ont été investis. Le marché, c’est une quinzaine de plateformes dont 2 (Wiseed et Anaxago) qui représentent un peu plus de 60% des montants collectés. Pour ce qui est de la rentabilité moyenne, elle est de 8,4% pour des tickets d’entrée allant de 100 à 2000€. Ce retour sur investissement se fait sur des engagements qui vont de 12 et 36 mois, autant dire que le crowdfunding immobilier est l’un des meilleurs placements actuels en France !

Un investissement qui n’est pas sans risque

Trop beau pour durer ? L’affaire Terlat, ce sont quelques nuages noirs qui en début d’année sont venus obscurcir le ciel bleu de ce financement participatif appliqué à l’immobilier. Des cumulonimbus sombres qui pourraient tourner à l’orage car s’il y a bien un principe qui doit être respecté au clic dans ces financements nouvelle génération… c’est la confiance. L’affaire Terlat, c’est un promoteur de la région PACA qui a fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire suite à une cessation de paiements… 2,8 millions d’euros collectés via les plateformes Wiseed et Anaxago partis en fumée. Comme le font remarquer les Echos, il y a de quoi inquiéter durablement les potentiels investisseurs.

C’est à coup sûr est un signal d’alarme. Investir oui mais surtout savoir prévenir les risques liés à ce type de financement online. Après l’affaire, Wiseed a mis en place sur son site un suivi des promoteurs en temps réel – histoire de restaurer autant que faire se peut un sentiment de confiance auprès de ses 78000 investisseurs particuliers.

Prévenir plutôt que guérir

Que l’investissement se fasse sur une plateforme de crowdfunding immobilier ne doit pas faire oublier aux potentiels contributeurs les fondamentaux du placement : savoir s’informer, demander des garanties, suivre les chantiers pour qu’il y ait respect des délais de livraison (ou risque sinon de voir la facture flamber) et surtout diversifier ses participations. Tout miser sur un même projet peut se révéler périlleux.

Rappelons que les mises demandées diffèrent d’un site à l’autre, 1000€ chez Homunity par exemple. Il faut savoir évaluer les risques que vous prenez en regardant attentivement les projets et surtout en lisant scrupuleusement les garanties offertes par tel ou tel site de crowdfunding immobilier. Certaines plateformes en donnent plus que d’autres. Regardez également les taux de rentabilité bien plus intéressant chez certains – car l’objectif est bien sûr de gagner un peu d’argent. N’hésitez donc pas à comparer avant de vous lancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *